The Coffee Table débute par une scène d’engueulade qui fera écho tout au long du film. Un couple se crêpe le chignon au beau milieu d’un de ces magasins de zone périphérique. Devant eux, un commerçant bien décidé à leur vendre une immonde table basse. Le malheureux fait abstraction du ton qui s’élève et multiplie les arguments hasardeux pour finaliser sa vente de pacotille : « C’est de l’artisanat chinois » ose-t-il même. « Incassable ! » ajoute-t-il. Mais le mari est bien décidé à acheter la breloque pour une fois qu’il peut avoir le dernier mot, lui qui a laissé sa femme Cristina donné un nom fasciste à leur enfant. Et pourtant cette table basse va lui coûter cher. Très cher…

Faites des enfants qu'ils disaient...

Porté par la finesse de ces dialogues ciselés, l’humour noir se dessine et fait mouche au fur et à mesure des situations. Un incident domestique aussi sinistre qu’improbable va réduire le couple à l’impossible. Laissé pour la première fois seul avec le bébé, Jésus (qui porte bien son nom) va souffrir le martyr à la suite d’une erreur impardonnable. Un faux pas pendant qu’il berçait le petit et la malheureuse créature vagissante va traverser la baie vitrée de la table basse ! Stupeur et tremblements pour une partie de la salle, rire à gorge déployée pour l’auteur de ses lignes. On sait combien la fatalité de l’humour noir n’est pas accessible à tous les publics… Petit Gregory qui est aux cieux, ne dit-on pas qu’on t’honore chaque jour dans « une larme de gin et une rivière de tonic » ?

Plongé dans le déni, traumatisé, Jésus va se murer dans le silence et le déni, jusqu’à cacher son forfait. Qu’est-ce qu’il pourrait bien dire à sa femme de toute façon ? « Chérie, j’ai décapité le bébé… » Pas le temps de laisser place au deuil, il faut agir, cacher la misère. Cristina s’apprête à rentrer et ils attendent son frère et sa nouvelle petite amie pour un dîner qu’on vous promet inoubliable. Amateurs d’humour trash, The Coffee Table devrait vous taper dans l’œil.

Chaque scène est à double niveau de lecture avec un plaisir coupable aussi irrévérencieux qu’insolent. Le spectateur est rendu complice du crime alors que les convives et la propre femme de Jésus ne se doutent de rien, pensant que le petit dort paisiblement. Dans la perspective de Jésus, c’est un chemin de croix permanent qui lui rappelle à chaque instant son mauvais sort. Conçu comme un huis clos domestique, le film de Caye Casas est une tragédie noire qui puise largement dans l’horreur situationnelle et l’empathie comique de ce dîner obscène. Il faut aussi saluer le jeu d’acteurs tout en justesse.

The Coffee Table

Les fins limiers de l’humour noir sauront savourer chaque instant, alors qu’on anticipe la direction que prend le fim dès la vente initiale. En jouant habilement avec le spectateur, le réalisateur espagnol signe ici un film profondément jouissif et qui ne plaira pas à tout le monde – comprendre aux gens qui ne savent pas faire preuve d’ironie devant l’horreur. Ecrit avec finesse, c’est l’un de nos coups de cœur du festival. Un film radical qui épuise son concept jusqu’au dénouement où tous les axes se rejoignent pour l’apothéose. Un feu d’artifices jubilatoire !

Notre critique du FEFFS de The Coffee Table

Lire la vidéo

Caye Casas, réalisateur de The Coffee Table

Caye Casas avait déjà été remarqué au BIFF avec son film Killing God (2017), une comédie où un nain débarque dans une maison et se fait passer pour le Tout Puissant. Amateur d’humour noir et coutumier du blasphème, Caye Casas aime bousculer les codes des genres. Ayant déjà reçu de nombreuses récompenses pour ces courts comme ses longs métrages, il a remporté la compétition crossovers au FEFFS avec son dernier film The Coffee Table

Filmographie

  • 2022 The Coffee Table
  • 2020 Asylum: Twisted Horror & Fantasy Tales
  • 2017 RIP
  • 2017 Killing God
  • 2015 No es lo que parece
  • 2014 Nothing Co.

Bande-annonce

Critique JV et ciné toujours prêt à mener des interviews lors de festivals ! Amateur de films de genre et de tout ce qui tend vers l'Etrange. N'hésitez pas à me contacter en consultant mon profil.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x