Provenance : États-Unis | Éditeur : Paramount Pictures | Date de sortie : 05 septembre 2023

Format vidéo
2160p24 – Ratio 1.85
Dolby Vision / BT.2020 – Encodage HEVC
Master intermédiaire 4K

Bande-son
Anglais DTS-HD MA 5.1
Français (parisien) Dolby Digital 5.1

Sous-titres
Anglais
Français

Sleepy Hollow (1999)
4/5

Artistique : 7.5 | Vidéo : 8.5 | Audio : 8.5

L'édition standard est disponible à la vente auprès de notre partenaire Metaluna Store en cliquant ici 👉 Sleepy Hollow, la légende du cavalier sans tête 4K

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Matériel et condition de test (Config. HP : 5.1.4)
Diffuseur vidéo : Philips 65OLED908 (Dolby Vision Filmmaker)
Sources : Oppo UDP-203 Audiocom Reference | Zappiti Reference
Enceintes : Sennheiser Ambeo Soundbar (Dolby Surround | DTS Neural:X), SVS SB-4000

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE - La légende du cavalier sans tête

En 1799, dans une bourgade isolée de la Nouvelle-Angleterre, plusieurs cadavres sont successivement retrouvés décapités. Ichabod Crane, policier new-yorkais aux méthodes d’investigations très contestées, se rend sur les lieux pour éclaircir cette énigme…

Librement adaptée de la nouvelle homonyme La Légende de Sleepy Hollow (de Washington Irving) et portée par Johnny Depp et Christina Ricci, cette production fantastique à la direction artistique fabuleuse (elle a remporté l’Oscar de la catégorie en 1999) et aux influences bien digérées (les films d’horreur de la Hammer) est un thriller gothico-poétique teinté de mystères, dont la potion concoctée par Tim Burton (une cuillère d’enquête, une pincée d’épouvante, une grosse louche d’humour noir et un zeste de sentiments romanesques) nous entraîne dans un monde à la fois terrifiant et merveilleux qui confronte habilement la raison aux forces de l’imaginaire. Mais quel dommage pour le déroulé trivial des investigations et le manque regrettable d’émotion !

IMAGE - Pour l'amour du gothique

Extraite d’une récente restauration 4K, la somptueuse photographie (plus morte que vivante) noblement recouverte de brouillard d’Emmanuel Lubezki nous arrive dans une superbe copie UHD (encodée en Dolby Vision) malgré un brin de bidouillage numérique (un léger DNR de-ci de-là et de rares plans aiguisés artificiellement). À n’en point douter, une amélioration substantielle vis-à-vis du précédent Blu-ray paru en 2009 chez Studiocanal.

Le master à présent stable a été soigneusement nettoyé (les poussières de pellicule ne sont plus), la définition n’est plus chancelante (adieu les plans grossièrement upscalés du DVD), le cadrage a été desserré (pour plus d’informations aux quatre coins du cadre), la géométrie a été corrigée (les visages ne sont plus étirés verticalement), le niveau de détail dépasse de loin celui de son homologue HD (le mobilier dans le manoir de la famille Van Tassel, les robes de Katrina, le matériel scientifique d’Ichabod, les arbres dans la forêt attenante) sans trahir la douceur inhérente à la source, la texture magnifiquement organique (une captation 35 mm) recouvre sa nature et les artefacts d’encodage (comme le fourmillement en arrière-plan) sont de l’histoire ancienne.

La palette colorimétrique « déprimée » (des tons gris et bruns couplés à d’impénétrables noirs) affiche une froideur plus prononcée et une désaturation mieux travaillée sans oublier au passage de réchauffer la carnation (qui reste pâle rassurez-vous) et d’insuffler de la vie au Cardinal rouge, et le taux de contraste a été sérieusement élargit afin de renforcer les ténèbres environnants (des ombres plus denses) tout en rehaussant les quelques éclats lumineux (des blancs plus pimpants).

Sleepy Hollow (1999)

SON - Vous m'avez ensorcelé

Une bande-son DTS-HD MA 5.1 qui offre de vraies sensations multicanales avec une dynamique engageante (les interventions du cavalier sans tête), des dialogues clairs, une spatialisation évidente (même si l’axe frontal est souvent favorisé) et un score parfaitement aéré (signé Danny Elfman) qui emplit la pièce d’écoute.

Le mixage est nuancé, les ambiances inquiétantes ne manquent pas (les orages, le bruissement des feuilles) et les basses consolident le tout avec fermeté (les coups de feu et autres cavalcades). Absence de Dolby Atmos oblige, pensez à activer un DSP de virtualisation car de nombreuses scènes vont en profiter (la plus notable étant celle où l’enfant se cache sous le plancher).

Bien moins d’ampleur et de finesse du côté de la petite VF Dolby Digital 5.1 même si le canal LFE se démène comme un diable.

CONCLUSION - Et le coupable est...

Alors que deux visions du monde s’affrontent, la concussion des hautes autorités d’un patelin perdu va être mise à nu dans ce conte horrifique macabre que la présente édition 4K Ultra HD, prête à invoquer un pentacle A/V considérablement mis à niveau, va protéger des forces du mal !

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure ! #WeLovePhysicalMedia

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x