4K Ultra HD – Édition US – Vinegar Syndrome – 114 min – 25 novembre 2022

Format vidéo
• Master intermédiaire : 4K
• Standard HDR : HDR10
• Ratio : 2.40

Bande-son
• Anglais DTS-HD MA 5.1
• Anglais DTS-HD MA 2.0

Sous-titres
• Anglais

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE – Le meilleur videur, c’est lui !

Dalton est un talentueux videur de boîte de nuit adepte des arts martiaux, bachelier en philosophie et formé par le vétéran du métier, Wade Garrett. Il prend un poste au Double Deuce, discothèque malfamée de Jasper City dans le Missouri, afin d’y rétablir l’ordre. Il se rapproche rapidement d’Elizabeth Clay, un jeune docteur, et s’oppose à Brad Wesley, qui fait régner la peur sur la ville.

Pur produit de la fin des 80’s qui est au film de baston ce que Dirty Dancing est au film de danse, cette série B d’action romantique où les « mano a mano » et les punchlines visent juste est menée par un Patrick Swayze charismatique (qu’il soit torse nu ou pas). Et malgré des personnages pour le moins caricaturaux et un script basique au possible (toutes les figures imposées du western y sont reprises), le charme opère encore. En un mot comme en cent, un trip burné à tendance « fleur bleue » carrément culte.

IMAGE – Chemise kimono exigée

Provenant d’un scan 4K du négatif original, cet inespéré et magnifique transfert UHD HDR10 met une tannée aux précédents Blu-ray (parus chez différents éditeurs) où piqué fluctuant, usage de DNR et bruit vidéo squattés les lieux.

La stabilité du cadre est exemplaire, les détails profitent d’une clarté accrue (les pores de la peau, la grande variété de coiffures, les fibres des vêtements), la finesse du grain argentique 35 mm est fort appréciable, les couleurs sont plus vibrantes que jamais (les teintes flashy des tenues d’époque, les rouges brûlants, les bleus électriques), la carnation gagne en naturel (bronzage de Kelly Lynch compris), les contrastes maîtrisent bien mieux les rencontres nocturnes (les noirs sont d’une belle profondeur), les sources lumineuses se parent d’une brillance inédite (les reflets sur les carrosseries, le soleil du Kentucky, les éclairages du bar) et aucune anomalie compressive ne vient gâcher la soirée.

SON – Say good night Denise

Là où la bande-son 5.1 manque de corps (le bas du spectre est à peine décent) mais bénéficie de l’agitation des bars sur la scène arrière, sa consœur 2.0 qui est plus punchy (le score de Michael Kamen prend du muscle) doit se contenter d’un mixage frontal. Dans l’un ou l’autre des cas l’énergie est présente, les dialogues sont toujours clairs et l’immersion confortable.

CONCLUSION – Dirty Fighting ?

Avant le remake avec Jake Gyllenhaal (en ancien combattant de MMA) qui sera prochainement diffusé sur Prime Video, (re)découvrez l’original dans des conditions optimales en laissant entrer le présent 4K Ultra HD… La zique est bonne, la bière est fraîche et le Lycra ne manque pas !

Note artistique
7
Qualité vidéo
9.5
Qualité audio
8
0
Road House (1989)

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure ! #WeLovePhysicalMedia

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x