4K Ultra HD – Édition IT – Warner Bros. – 116 min – 17 novembre 2021

Format vidéo
• Master intermédiaire : 4K
• Standard HDR : Dolby Vision
• Ratio : 2.39

Bande-son
• Anglais Dolby Atmos
• Français (parisien) Dolby Digital 5.1

Sous-titres
• Anglais
• Français

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Previous
Next

ŒUVRE – Se replonger dans le passé…

Dans un futur proche, Miami a été submergé par les flots suite aux effets du changement climatique. Un enquêteur privé, Nick Bannister, est engagé par des clients afin de retrouver leurs précieux souvenirs. Au cours de sa dernière affaire, il tombe éperdument amoureux de sa cliente. À sa disparition, le détective est désemparé et se lance à sa recherche. Il se retrouve alors perdu dans une boucle temporelle et découvre des aspects de sa personnalité qu’il ne connaissait pas auparavant.

Ambitieux et lancinant, ce polar d’anticipation au concept novateur, à l’ambiance rétro-futuriste marquante et au casting de talent (la mystérieuse femme fatale Rebecca Ferguson, le mélancolique enquêteur Hugh Jackman et la dévouée assistante Thandie Newton), est une romance alambiquée et obsessionnelle rêvant des films noirs des années 40. Hypnotique et poétique, la première réalisation de Lisa Joy (co-créatrice avec son mari de Westworld), la belle-sœur de Christopher Nolan, mérite que l’on se souvienne d’elle !

IMAGE – Voyage à travers la mémoire

Alors même que le Blu-ray impressionne durablement, ce somptueux transfert UHD Dolby Vision se remémore encore mieux l’intimité ambrée (la teinte qui domine la photographie) des scènes croisées… Même celles où les intégrations ne sont pas toujours aussi discrètes qu’elles le devraient.

Dépourvues de la moindre petite trace de compression, ces images à la définition exemplaire présentent des détails plus fins qu’en HD (cf. le surplus de textures lors des plans larges et rapprochés), des couleurs à la profondeur accrue (comme la robe rouge de Mae) qui ressortent mieux dans l’obscurité ambiante (la carnation est plus saine), des contrastes renforcés ajoutant beaucoup de richesse aux noirs (impeccables en toutes circonstances) et de pureté aux blancs, et des sources lumineuses dont l’énergie additionnelle (le soleil lors des rares scènes diurnes, les néons lors des séquences urbaines nocturnes) apporte une vivacité fort appréciable aux plans (notamment ceux éclairés par la lueur des projections neuronales).

SON – Écoutez le marchand de souvenirs !

Solidement conçue et parcourue par une omniprésente voix off (aussi claire que le reste des dialogues), cette bande-son 3D parfaitement équilibrée use généreusement de la scène arrière pour diffuser des ambiances atmosphériques (la présence de l’eau) qui donne vie aux lieux visités.

Et si les scènes d’action se font rares (il y en a véritablement deux), la dynamique sait intimider et les basses ébranler (la pièce d’écoute) lorsqu’elles se présentent. Ce n’est d’ailleurs pas lors de ces moments que le score, enveloppant, et les effets de hauteur, scénaristiquement nécessaires (à commencer par la voix d’un des personnages dont les souvenirs sont scrutés pour les besoins d’une enquête), retentissent le mieux. Non, ce sont lors des passages liés à la représentation de la mémoire… Il faut dire que l’aspect onirique du procédé s’y prête parfaitement.

Dépossédée de la verticalité du mixage, la VF(F) SD n’est ni aussi étendue ni aussi puissante que sa consœur promise à un encodage Dolby Atmos.

CONCLUSION – Faut-il oublier ?

Flirtant avec le charme désuet des polars noirs d’autrefois, ce mélodrame de SF nostalgique du vieux Hollywood nous convie à une inoubliable baignade de nuit en 4K Ultra HD !

Note artistique
7.5
Qualité vidéo
9.5
Qualité audio
9.5
0
Reminiscence

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x