4K Ultra HD – Édition DE – Mediacs – 88 min – 07 mars 2022

Format vidéo
• Master intermédiaire : 2K
• Standard HDR : HDR10
• Ratio : 1.78

Bande-son
• Anglais DTS-HD MA 5.1
• Allemand DTS-HD MA 5.1

Sous-titres
• Allemand

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Précédent
Suivant

ŒUVRE – Coincé entre les vivants et les morts

Poursuivie par un shérif et son fils, une bande de malfrats est prise au piège dans une station-service. Complètement isolé du reste du monde, le petit groupe doit faire face aux attaques du « Reeker », un mystérieux tueur aux pouvoirs surnaturels…

Encore plus inepte que son déjà peu glorieux prédécesseur, cette suite où le mystère « s’est fait la malle » rate tout ce qu’elle entreprend… Les acteurs sont à la ramasse, le rythme laborieux, la mise en scène atroce, les meurtres bâclés et le mélange humour/horreur dysfonctionnel au possible. Et quid du tueur au masque à gaz ? Toujours plus fantomatique alors qu’il s’agit du seul intérêt de cette chose (ayant vu le jour on ne sait trop comment) !

IMAGE – Perdu en plein désert; encore !

Toujours plus trafiqué, ce transfert UHD HDR10 vient « améliorer » (qu’il croît) une photographie qui ne demandait qu’à rester comme elle était… C’est-à-dire « datée » et poisseuse.

La texture argentique 35 mm ne se retrouve que dans le ciel où le grain est complètement figé, les visages des acteurs souffrent d’un anti-ride poussé (c’est très visible en plein jour) et le piqué, peu pointu de base, artificiellement renforcé.

Alors oui, les couleurs volontairement délavées sont maintenant plus chaudes, les contrastes davantage soutenus (les noirs sont autrement plus ténébreux) et les sources de lumière plus éclatantes (l’enseigne lumineuse, les explosions en CGI dégueulasses), mais l’usage de certains artifices (DNR + EE) vient saloper le séjour !

SON – Le bruit de « la Faucheuse » bis

Si les effets douloureux usent d’une bonne dynamique pour faire mal, cette bande-son aux voix claires est malheureusement trop timide en basses (elles sont indolores) et en ambiances (malsaines mais peu répandues) pour surprendre l’auditeur qui en aurait pourtant bien besoin.

CONCLUSION – Fallait pas se retrouver là-bas !

Plus affligeante encore, cette seconde virée dans le désert californien est à mourir d’ennui… Surtout que l’infrastructure des lieux (un 4K Ultra HD retapé à la va-vite) n’est aguichante que de l’extérieur !

Note artistique
3
Qualité vidéo
5
Qualité audio
6
0
Reeker 2

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x