Blu-ray – Édition FR – Rimini Éditions – 99 min – 25 mai 2023

Format vidéo
• Résolution : 1080p/24
• Ratio : 1.78

Bande-son
• Anglais DTS-HD MA 2.0
• Français DTS-HD MA 2.0

Sous-titres
• Français

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE – Les dangers de la campagne

Deux frères, Josh et Mike, débarquent pour quelques jours dans une petite ville du Texas. Ils découvrent que de nombreux habitants sont morts récemment, ou portés disparus. Lorsque Mike disparaît à son tour, Josh fait équipe avec le shérif local et une institutrice pour le retrouver, sans se douter de l’horrible vérité qui les attend…

P’tite rareté des 80’s, ce zombie flick nocturne lié à une catastrophe écologique est certes peu gore mais ne manque ni de mystère (la première moitié) ni de moments marquants (la transformation chez le Dr. Myra Tate, l’attaque des enfants à l’école). Les visages connus du cinéma d’exploitation (Bo Hopkins, Wings Hauser) sont du déplacement, la tension va crescendo (l’utilisation inspirée du brouillard), les personnages sont un minimum caractérisés (le début prend son temps) et quelques idées intéressantes sortent du lot (le sang jaune quasi-acide, la cicatrice dans la paume de la main). Un amuse-bouche un peu singulier pour les mordus de morts-vivants.

IMAGE – Ils sortent la nuit

Issu d’une restauration 4K effectuée par le groupe télévisuel américain Multicom, ce transfert 1080p apparaît comme une mise à niveau massive par rapport au précédent DVD (on y voit enfin quelque chose) même si l’excès de DNR vient à complètement effacer (!) la texture argentique de l’œuvre (une captation 35 mm).

Les noirs sont pour la première fois relativement uniformes (les scènes sombres sont parfaitement lisibles), les couleurs qui ne tirent plus vers le rose sont très correctement saturées (à de rares exceptions près) et les plans sont toujours détaillés (le scan 4K n’y étant certainement pas étranger), hors une poignée plus doux, malgré l’usage agressif d’un réducteur numérique du bruit. Néanmoins, cette « propreté » (des pétouilles ont été oubliées de-ci de-là) somme toute artificielle rend les visages lisses et les peaux cireuses.

SON – C’est trop calme…

Proposée en stéréo, la VO assure la diffusion du score (une partition énergique et oppressante due à Richard Band) et des dialogues avec autant d’équilibre que de clarté même si du souffle peut se faire entendre aléatoirement. L’ouverture frontale est tangible et les effets précis (les râles, la présence des infectés).

Écrasée (une ampleur moindre), délaissant moultes ambiances (le chant des cigales perd en énergie) et autrement plus sale, la VF monophonique ne sera à réserver qu’aux inconditionnels (s’il y en a) du doublage d’époque.

CONCLUSION – Fuyez, pauvres citadins !

Inédit sur support physique en France, Night Shadows (de son autre petit nom) rejoint la collection angoisse de Rimini Éditions dans un beau boîtier digipack 3 volets avec fourreau. Et accompagné d’un livret de 24 pages conçu par Marc Toullec (John « Bud » Cardos, le cow-boy dans l’horreur), ce film d’horreur oublié des années 80 se dévoile (trop proprement d’ailleurs) comme jamais !

Note artistique
6
Qualité vidéo
6.5
Qualité audio
6.5
0
Mutant (1984)

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x