4K Ultra HD – Édition US – Universal Pictures – 109 min – 03 mai 2022

Format vidéo
• Master intermédiaire : 2K
• Standard HDR : HDR10
• Ratio : 2.35

Bande-son
• Anglais DTS:X
• Français (québécois) DTS 5.1

Sous-titres
• Anglais
• Français

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Previous
Next

ŒUVRE – Invitation groupée pour « gros calibres »

Stanley Locke, directeur adjoint du FBI, envoie ses meilleurs agents, Richard Messner et Donald Carruthers, à Lake Tahoe. Ils ont pour mission de retrouver Buddy « Aces » Israel, un magicien louche de Las Vegas, et de le protéger de Primo Sparazza, un gros bonnet de la Mafia qui offre un million de dollars pour le faire disparaître. Attirés par l’argent, mercenaires, assassins et tueurs à gages de tous horizons débarquent à Lake Tahoe…

Influencé par le cinéma de Tarantino et par le film Snatch de Guy Ritchie, Mi$e à prix est un film de gangsters décomplexé et nerveux aux allures de comic book pour adultes. À la fois fun, déjanté et d’une violence particulièrement graphique (cf. l’anthologique carnage final), ce divertissement pur jus embarque un énorme casting (Ryan Reynolds, Ray Liotta, Andy Garcia, Ben Affleck, Alicia Keys) qui s’amuse à interpréter des personnages tous plus barrés les uns que les autres. La narration faussement chaotique y est maîtrisée, la mise en scène nerveuse et les répliques bien salées. Un foutoir éminemment jouissif !

IMAGE – Du sang et du plomb

Une abondance de détails, des couleurs ultra-saturées, des noirs solides et des contrastes punchy pour un rendu très dynamique dont la présence d’un léger grain ne fait que renforcer la beauté des images… Tels était mes dires il y a 10 ans lors de la parution du Blu-ray. Aujourd’hui, c’est encore meilleur !

Plus filmique avec une texture argentique mieux structurée (un tournage 35 mm), cette image fortement manipulée en post-prod fait montre d’une incontestable mise à niveau en UHD HDR10. La clarté accrue du cadre est évidente avec un piqué autrement plus fin (même lors des plans plus doux), la palette colorimétrique criarde (les teintes sont massivement exagérées) et chaleureuse se voit accorder des primaires encore plus pêchues (le ciel bleu, les taches de sang), les contrastes toujours aussi appuyés profitent de noirs plus riches (les ombres y gagnent en profondeur) et de blancs largement plus sains (les nuages jaunâtres visibles sur le master 1080p SDR sont de l’histoire ancienne), les sources lumineuses généreusement stylisées, bien moins « troubles » que par le passé, font montre d’une brillance inédite jusqu’alors (les plafonniers de l’hôpital et du bar, les appliques murales de l’hôtel, les surfaces réfléchissantes dans les ascenseurs), et la compression n’exhibe aucune faiblesse.

SON – De la tchatche et des détonations

Des pistes sonores d’une grande agressivité (pour la subtilité on repassera) qui sollicitent fougueusement les enceintes horizontales (les balles fusent dans toutes les directions et les débris volent de partout) et affectionnent l’exagération du moindre bruit. Comme de bien entendu, les dialogues sont parfaitement audibles malgré le chaos ambiant.

Au jeu des différences, la VO encodée en DTS:X fait prendre de la hauteur à la décapante partition musicale. Néanmoins, seul un effet (la descente d’un hélicoptère) use de la verticalité du son. Plus musclée, la VF(Q) apporte de la fermeté à un canal LFE qui ne frappe jamais assez fort chez sa consœur pourtant lossless.

CONCLUSION – Totalement allumé le tour de passe-passe ?

Appâtant des voyous à la gâchette facile qui espèrent toucher le jackpot, le contrat juteux lancé sur la tête de Buddy « Aces » Israel a plus de chance d’être rempli en 4K Ultra HD !

Note artistique
8
Qualité vidéo
9
Qualité audio
8.5
0
Mi$e à prix

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x