4K Ultra HD – Édition FR – Studiocanal – 97 min – 23 novembre 2022

Format vidéo
• Master intermédiaire : 4K
• Standard HDR : SDR
• Ratio : 1.37

Bande-son
• Anglais DTS-HD MA 2.0
• Français DTS-HD MA 2.0

Sous-titres
• Français

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Précédent
Suivant

ŒUVRE – Et Romero « créa » le zombie

Chaque année, Barbara et Johnny vont fleurir la tombe de leur père. La nuit tombe quand soudain, un homme étrange apparaît et attaque Johnny qui est laissé pour mort. Terrorisée, Barbara s’enfuit et se réfugie dans une maison de campagne. Elle y trouve Ben, ainsi que d’autres fugitifs. La radio leur apprend alors la terrible nouvelle: des morts s’attaquent aux vivants.

Malgré des temps morts dans la narration, ce classique de l’horreur au budget ridicule et à la mise en scène minimaliste de George A. Romero a fixé tous les codes modernes du cinéma « zombiesque ». Assumant totalement son sujet tout en proposant une très intéressante analyse sociologique (la bêtise humaine perdure en dépit d’une menace commune), il multiplie les scènes gores et instaure une tension croissante dans le cadre d’un huis clos où la menace émane de partout (de l’extérieur comme de l’intérieur). Indémodable, ce midnight movie maintes fois copié n’a jamais été égalé !

IMAGE – La petite maison de l’horreur

Immaculé et pourvu de superbes nuances dans l’obscurité, ce transfert UHD SDR issu de la magnifique restauration 4K de 2017 (tirée à 99% du négatif original 35 mm et supervisée par le réalisateur peu avant son décès) déterre une fois encore la splendide photographie noir et blanc de l’œuvre.

Dotée d’une excellente stabilité, l’image qui a été nettoyée en profondeur est organique à souhait. La netteté n’a pas été ajustée, les détails s’exposent dans leur entièreté et le grain argentique est maintenu sous une belle densité. Les gris sont admirables et les contrastes, luxuriants sans excès, délivrent de solides noirs profonds et d’énergiques blancs purs.

Et si les différences vis-à-vis du Blu-ray ne sont pas toujours faciles à repérer, les passages les moins éclairés se saisissent pourtant d’une meilleure lisibilité grâce à des textures plus fines et des ombres mieux délimitées. Dans les deux cas, de p’tites traces compressives sont visibles de-ci de-là.

SON – They’re coming to get you, Barbra !

Si elle sonne d’époque, la VO monophonique restaurée ne souffre néanmoins d’aucune imperfection liée à son âge. Sans souffle ni dégâts, elle délivre des dialogues toujours clairs, des effets bien distincts et une musique prépondérante. Les rares « sauts » du son présents depuis 1968 sont moins violents que par le passé.

Caverneuse et creuse, la VF monophonique n’a aucune vie.

CONCLUSION – Ni vivants ni morts

Alors qu’il a changé le visage de l’horreur, La Nuit des morts-vivants n’a jamais été aussi beau qu’aujourd’hui. Il faut dire que cette présentation 4K Ultra HD est protégée par de remarquables prestations A/V ne se laissant point effrayer par le cauchemar ambiant !

Note artistique
9
Qualité vidéo
8.5
Qualité audio
8
0
La Nuit des morts-vivants (1968)

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x