Dernier film de Takashi Shimizu, La forêt des suicides réhabilite le mythe de la région d’Aokigahara. Plus connus sous le nom de Jukaï (« mer d’arbres » en japonais), ces bois de près de 35km² ont triste réputation depuis les années 1950, puisqu’il s’agit d’un lieu prisé des personnes suicidaires. En 1993, l’écrivain japonais Wataru Tsurumi écrivait le controversé Kanzen Jisatsu Manyuaru, véritable « mode d’emploi complet du suicide » où la province était conseillée comme le parfait endroit où mettre fin à ses jours. C’est tout naturellement que la forêt Jukaï cultive sa légende mortifère auprès des cinéastes de tous genres. Après le drame The Sea of Trees de Gus Van Sant et le film d’horreur The Forest de Jason Zada, c’est au tour de Takashi Shimizu, réalisateur de The Grudge, de proposer sa propre lecture du mythe nippon.

Jukaï Watch

Le début du film nous fait assister en direct à la mort d’une jeune vidéaste partie en expédition dans la forêt des suicides. Cette première scène fait sans doute échos au tournage du vlog du youtubeur égocentrique Logan Paul, lequel avait découvert en 2017 le corps d’un jeune homme qui s’était pendu dans la forêt et qui avait fait polémique suite à la diffusion de la vidéo choc. Munie d’une perche à selfie et d’un ruban rouge de sécurité en guise de fil d’Ariane, la jeune vlogueuse en ciré jaune a ici des airs de Dora l’exploratrice en herbe. C’est en direct et avec le tchat qui défile qu’elle meurt mystérieusement sous le feu des projecteurs et de l’indifférence numérique.

JukaÏ
Vlogueuse téméraire cherche mort forestière

Ce côté Blair Witch revisité n’est certes pas très original mais il introduit de manière efficace le propos du film. Hibiki a assisté elle-aussi à la mort de la vidéaste et va mener l’enquête. Une boîte mystérieuse est retrouvée dans les parages et depuis qu’elle a été touchée par Hibiki et sa sœur Naki, une spirale d’accidents mortels s’abat sur la région. Jukaï s’enferme ensuite dans un long couloir qui perd petit à petit le spectateur, faute d’horizon narratif. Ce n’est pas faute d’avoir des idées mais le film manque de rythme et de cohérence dans le montage. 

«La forêt de la nuit se nourrit de jeunes gens comme vous.
Débordants de vie. »

Un papi de Jukaï : La forêt des suicides

On resort finalement fatigué par une intrigue qui manque de fil conducteur et qui échoue à procurer quelconque sympathie pour ses protagonistes, trop lisses et aseptisés pour susciter la compassion, sinon un prémisse de sympathie. Certains d’entre eux ont l’air de sortir de nulle part, sans qu’on ne comprenne réellement ni leur intention ni leur rôle dans l’histoire. C’est pas moins de 17 acteurs avec bien peu de répliques qui s’enchaînent ! Jusqu’au générique, Takashi Shimizu cherche à abonder la mythologie de la forêt Jukaï par petites notes trop maladroites pour que la magie opère.

Jukaï est encore un drame familial

La boîte qui capture les enfants

Sans doute trop avare en indices pour maintenir l’attention du public, le film s’embourbe dans une narration à l’encéphalogramme plat, sans réels rebondissements durant près de deux heures presque interminables. C’est bien dommage car certaines scènes ne manquent pourtant pas d’identité visuelle. On pensera aux révélations du passé par l’intermédiaire du smartphone utilisé comme appareil photo, à l’instar des jeux vidéo Project Zero ou certains suicides, qui par leur fulgurance ne laissent pas indifférents. 

Takashi Shimizu semble avoir eu trop d’idées qu’il n’a pas su articuler entre elles. Jamais le spectateur ne ressent un début de sueur froide perler sur sa nuque. Décousu, La forêt des suicides manque de souffle et de cohérence malgré quelques rares trouvailles. Sorti cette semaine en VOD, DVD et Blu-ray, Jukaï est à réserver aux aficionados du cinéaste qui n’ont pas peur des longueurs.

Critique JV et ciné toujours prêt à mener des interviews lors de festivals ! Amateur de films de genre et de tout ce qui tend vers l'Etrange. N'hésitez pas à me contacter en consultant mon profil.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x