4K Ultra HD – Édition UK – Paramount Pictures – 117 min – 17 février 2020

Format vidéo
• Master intermédiaire : 4K
• Standard HDR : Dolby Vision
• HFR : 60 fps
• Ratio : 1.85

Bande-son
• Anglais Dolby Atmos
• Français (parisien) Dolby Digital 5.1

Sous-titres
• Anglais
•  Français

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation.

ŒUVRE – Non mais dites donc, c’est bien ou pas ?

Henry Brogan, un tueur professionnel, est soudainement pris pour cible et poursuivi par un mystérieux et jeune agent qui peut prédire chacun de ses mouvements.

Convenu (le scénario) mais diablement efficace (les scènes d’action), ce thriller de SF qui sent bon les années 90 est une série B fort distrayante, où le face-à-face entre les Will Smith survole certes le thème du clonage (expédié en deux phrases) mais profite d’une virtuosité technique (la mise en scène et les innovations technologiques – 3D HFR 120 fps + De‑Aging -) proprement ébouriffante. Malgré de vieilles ficelles, le divertissement du futur est là !

IMAGE – Tout le monde il est beau, vous êtes sûrs ?

Seconde édition du marché à proposer du HFR 60 fps après Un jour dans la vie de Billy Lynn (le précédent film d’Ang Lee), ce 4K Ultra HD nous invite à un spectacle visuel d’un hyperréalisme à « s’en décrocher la rétine ».

D’une fluidité à toute épreuve (la limitation des 24 images par seconde oblige le Blu-ray à conserver les flous de mouvements) et d’une netteté chirurgicale (comme les plans restent toujours stables, les éléments du cadre sont excessivement détaillés), ces images UHD Dolby Vision tirées d’un DI 4K projettent ce que l’œil humain perçoit dans le monde réel.

Et pour les aider dans cette noble tâche, la compression suit la cadence sans sourciller, la définition est hautement supérieure au transfert HD, le WCG accentue la vitalité des primaires tout en conservant l’aspect naturel des couleurs, et le HDR renforce les contrastes (le film est plus lumineux) en plus d’intensifier considérablement l’éclairage de toutes les séquences.

SON – Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende !

Pourvue d’une dynamique féroce (l’impact des coups de feu) et d’une spatialisation ultra-réaliste (les « objets sonores » suivent l’action avec une précision hors-norme), cette bande-son Dolby Atmos réservée à la VO (la VF est beaucoup moins physique et immersive) est une démonstration acoustique de tous les instants.

L’activité multicanale est incessante, canaux de hauteur compris (passage d’un avion, « saut d’une moto », chutes de débris, balles qui ricochent et j’en passe), la musique est puissamment livrée, le canal LFE est extrêmement bien utilisé pour les graves et infra-graves (particulièrement remuantes), et les voix bénéficient d’une belle présence.

CONCLUSION – Toute bonne chose a une fin…

Pour les curieux de nouvelles technologies, l’édition Ultra HD Blu-ray permet de se prendre une bonne baffe en 4K 60 fps… Du « jamais-vu » (ou presque) à domicile !

Note artistique
7.5
Qualité vidéo
10
Qualité audio
10
0
Gemini Man

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure ! #WeLovePhysicalMedia

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x