4K Ultra HD – Édition FR – 20th Century Studios – 156 min – 15 avril 2022

Format vidéo
• Master intermédiaire : 4K
• Standard HDR : HDR10
• Ratio : 2.39

Bande-son
• Anglais Dolby Atmos
• Français Dolby Digital Plus 7.1

Sous-titres
• Anglais
• Français

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Précédent
Suivant

ŒUVRE – Les amants maudits de New York

Dans les années 1950, deux bandes de jeunes s’affrontent pour le contrôle d’un quartier défavorisé de l’Upper West Side en pleine gentrification. Il y d’un côté les immigrés portoricains des Sharks, dirigés par Bernardo et de l’autre les Américains des Jets, avec Riff à leur tête. Récemment sorti de prison, Tony, lié aux Jets, en a marre de cette violence quotidienne. Il préfère travailler dans la boutique de Valentina, veuve de Doc. Un jour, lors d’une soirée dansante au lycée, Tony tombe sous le charme de María, la sœur de Bernardo. Cependant, du fait de leur appartenance à ces bandes opposées, il s’agit d’un amour impossible.

Respectueuse du matériau d’origine (l’essence de l’œuvre, les partitions de Leonard Bernstein et les paroles de Stephen Sondheim ont été préservées) tout en étant en phase avec les tourments de la société moderne (le racisme, la pauvreté, l’exclusion sociale, la misogynie, les violences faites aux femmes), cette nouvelle adaptation de West Side Story, la célèbre comédie musicale de Broadway, est une fresque flamboyante où la tragédie de Roméo et Juliette, transposée à Manhattan, est rythmée par une mise en scène virtuose, portée par de jeunes artistes brillants et empreint d’un souffle romanesque communicatif. Déjà un classique ?

IMAGE – La nouvelle Amérique ?

Captées en 35 mm anamorphique (lens flare il y a) par le chef op’ Janusz Kamiński et terminées en DI 4K, les magnifiques images de l’œuvre (la photographie « d’époque » est superbe) trouvent en ce transfert UHD HDR10 un écrin de choix pour que l’ambiance des 50’s respire pleinement.

Bardées de détails et de textures aux quatre coins du cadre large que la résolution supérieure affine (les visages, les costumes et les décors), elles affichent une excellente profondeur de champ (façon 3D parfois) et une texture argentique aussi discrète qu’homogène (ce n’est pas toujours le cas sur le Blu-ray).

Apprêtées de couleurs désaturées (même mornes dans le quartier en raison de ses bâtiments en ruine) « tachetées » de teintes vives (les tissus d’habillement) que la technologie WCG enrichies (les tons sont plus chauds et les primaires ressortent mieux; comme les bleus, moins artificiels, et les rouges, plus énergiques), elles déploient grâce au HDR des contrastes plus réalistes (cf. la meilleure définition des ombres dans le hangar à sel) et des sources lumineuses (très théâtrales) autrement plus pimpantes (les enseignes au néon, l’éclairage du bal dans le gymnase de l’école).

SON – On connaît la musique !

Si la dynamique manque quelque peu de verve, cette bande-son Dolby Atmos, une fois le volume augmentée (plus qu’à l’accoutumée), n’en reste pas moins plutôt impressionnante et surtout très immersive.

Les dialogues sont clairs (ceux en espagnol, volontairement non sous-titrés, traduisent la barrière invisible qui sépare les communautés), la musique est particulièrement bien mise en valeur, les effets comme les ambiances (les bruits de fond des quartiers urbains) sont diffusés sur tous les canaux (de hauteur compris avec certaines voix, des oiseaux, des personnages qui dansent, des boules de démolition et j’en passe) avec une mention spéciale concernant l’activité surround, et les basses se font ressentir dès que sollicitées (notamment lors des chansons).

Un poil plus puissante, la VF génère une bonne répartition des sons malgré une dextérité moindre. Et soigné, le doublage s’intègre adroitement au reste du mixage.

CONCLUSION – La légende ressuscitée

Soixante ans après la sortie du mythique West Side Story, cette relecture passionnée magnifiquement exécutée par Steven Spielberg fera vibrer les cœurs de tout un chacun en 4K Ultra HD !

Note artistique
8.5
Qualité vidéo
9.5
Qualité audio
8.5
0
West Side Story (2021)

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x