Blu-ray – Édition FR – Spectrum Films – 153 min – 16 février 2023

Format vidéo
• Résolution : 1080p/24
• Ratio : 2.35

Bande-son
• Cantonais DTS-HD MA 7.1
• Mandarin DTS-HD MA 7.1
• Français DTS-HD 5.1

Sous-titres
• Français

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE – Danse avec les épées

Au XVIIe siècle, alors qu’un édit interdit la pratique des arts martiaux en Chine, l’Empereur autorise le général Ravage à massacrer la population afin de faire respecter cette nouvelle loi. Menacés d’extinction, les habitants de la dernière ville frontière vont être protégés par sept guerriers porteur des épées légendaires de Shadow-Glow.

Une fresque épique de tous les instants où la force des combats armés se dispute au charisme ravageur de ses héros. L’univers dépeint y est exceptionnel (les mercenaires au look anachronique, les armes à la personnalité unique), la mise en scène de Tsui Hark est aussi viscérale que poétique, les paysages laissent rêveur et les chorégraphies martiales ne manquent pas d’inventivité. Et malgré moultes ellipses ainsi que des personnages sous-développés (à cause des nombreuses coupes qui ont été opérées juste avant sa sortie), cet incontournable du wu xia pian reste le meilleur dans son domaine depuis The Blade du même réalisateur.

IMAGE – Martial Village la rebelle

Même si daté, cet excellent transfert HD n’a vraiment rien à se reprocher si ce n’est peut-être une légère fluctuation de la texture 35 mm concédant des plans à la granularité plus marquée.

Les détails sont généralement impeccables (les tissus, les maquillages, les accessoires) à une poignée de plans près dont la douceur semble d’origine (notamment lors de l’étreinte dont l’aspect diffus n’est pas sans évoquer le Green Snake de 1993), la palette colorimétrique est fort bien nuancée (les rouges lors du prologue désaturé, l’ambiance terreuse des environnements, les ciels violacés dans les montagnes, la lueur orangée des flammes), les contrastes sont tout bonnement épatants (des blancs nets et des noirs profonds) et la compression se révèle particulièrement solide.

SON – Aux armes et cætera 🎶

Remplies d’effets lors des scènes d’action où les bruits métalliques et les divers coups portés virevoltent d’une enceinte à l’autre, ces pistes sonores cadencées par l’inoubliable partition de Kenji Kawai dispose d’une belle ouverture frontale, de voix claires parfaitement intégrées (sur les deux VO en tout cas), d’une dynamique honorable, d’aigus tranchants (le choc des épées) et d’une spatialisation compétente (cf. la propagation du « chant » de Chimère).

Curieusement méfiantes vis-à-vis des graves et donc quasi-dénuées de punch alors même que les impacts guerriers en sont demandeurs, les bandes-son chinoises ne peuvent que s’incliner devant la rondeur de la VF où le canal LFE retrouve du poids. Mais en contrepartie, le doublage qui est mixé à un niveau un peu élevé « émousse » l’homogénéité de l’ensemble.

CONCLUSION – Last Hurrah for Chivalry

Si l’objectif de l’éditeur était de nous présenter la version la plus complète de l’œuvre avec l’accord de Tsui Hark, le 1er montage de 4 heures étant toujours invisible, la crise sanitaire en a voulu autrement. Malgré cette absence, la présente édition remplie à ras la gueule de suppléments (des présentations, des interviews, des commentaires audio, des séquences alternatives, un making-of, le livre de Stephen Teo Wu Xia Pian – Le Cinéma D’Arts Martiaux Traditionnels et la BD Seven Swords Prelude) rend justice à cet indispensable « film de sabre chinois » avec la manière (les prestations A/V sont pleines de détermination).

Note artistique
9
Qualité vidéo
8.5
Qualité audio
8
0
Seven Swords

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure ! #WeLovePhysicalMedia

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x