4K Ultra HD – Édition US – Shout Factory – 89 min – 05 octobre 2021

Format vidéo
• Master intermédiaire : 4K
• Standard HDR : Dolby Vision
• Ratio : 1.85

Bande-son
• Anglais Dolby Atmos
• Anglais DTS-HD MA 5.1
• Anglais DTS-HD MA 2.0
• Anglais Dolby Digital 5.1

Sous-titres
• Anglais

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Previous
Next

ŒUVRE – The Shape is back !

Le meurtrier Michael Myers est toujours vivant. Gravement brûlé et plongé dans un coma profond, il est toujours gardé sous haute surveillance dans un hôpital psychiatrique fédéral. La nuit où il doit être transféré dans un hôpital d’État, Michael Myers parvient à s’échapper en tuant les infirmiers. Décidé à le rattraper, le docteur Loomis suit une piste jonchée de cadavres qui le conduit tout droit à Haddonfield…

Banal et trop soft (mais où est passée la brutalité du 2e opus ?) malgré un troisième acte intense (dont la fin choquante a été balayée d’un revers de main par la suite), ce slasher qui retrouve Michael Myers préfère miser sur le suspense (bien fichu) et l’atmosphère (automnale) plutôt que sur le gore et la violence. À défaut d’être marquante, cette itération du mal reste distrayante !

IMAGE – La nuit d’Halloween, le mal rôde…

Issu d’un nouveau scan 4K du négatif original, ce transfert UHD encodé en Dolby Vision laisse loin derrière lui les anciennes parutions HD !

Les contrastes sont à présent bien équilibrés (des ombres plus ténébreuses et des éclairages plus audacieux), l’image peut donc profiter d’une véritable profondeur qu’elle ne connaissait pas jusqu’alors (c’était terne avant) et exploiter une vitalité lumineuse qu’elle ne pouvait qu’imaginer (mais où était la vie auparavant ?). Maintenant, le boogeyman se cache pleinement dans la pénombre et les Jack-o’-lantern, clairs de lune et autres gyrophares rouges et bleus peuvent briller comme jamais… Surtout que les couleurs sont autrement plus vives (le sang, la végétation) et robustes (la carnation), loin de la fadeur du passé.

Méticuleusement nettoyée à deux ou trois couacs près, l’image bénéficie également d’une définition solidifiée, de détails fins plus visibles (les cicatrices sur les corps, le mobilier urbain, la décoration d’intérieur) et d’un léger grain organique qui, à l’inverse de son prédécesseur, ne souffre d’aucune instabilité.

SON – Ça va hurler à Haddonfield !

Autrefois plate et désynchronisée (de façon différente en fonction des éditions), la bande-son délivrée en Dolby Atmos a aujourd’hui beaucoup plus de souffle en plus d’élargir drastiquement le champ sonore… Sans pour autant transformer le sound design de l’œuvre, essentiellement frontale avec des ambiances plutôt discrètes. 

Et si elle rate quelques opportunités verticales (comme les débris d’une porte de garage ou la présence de Myers sur le toit d’une voiture), pas toutes fort heureusement (la tempête en ouverture, l’explosion à la station-service, Rachel accrochée le long de la ligne de toit), elle aère le score dont elle ajoute du poids (cf. les basses) et use avec parcimonie des surrounds (les rafales de coup de feu des « protecteurs » de la ville, l’électrocution de Bucky).

Pour les puristes du mixage originel, longtemps resté introuvable, la piste DTS-HD MA 2.0 est une valeur sûre car l’imagerie frontale est excellente, les sons robustes et la clarté constante.

CONCLUSION – Un peu de Biafine et ça repart ?

Que les « Sream Queens » de tout âge soient rassurées, ce 4e épisode de la franchise Halloween est digne d’être revisité grâce à un Ultra HD Blu-ray qui améliore considérablement l’image et le son des précédentes versions du film. Donc allez-y, criez !!!

Note artistique
6.5
Qualité vidéo
9
Qualité audio
8
0
Halloween 4

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x