4K Ultra HD – Édition FR – Warner Bros. – 123 min – 26 mai 2021

Format vidéo
• Master intermédiaire : 2K
• Standard HDR : HDR10
• Ratio : 2.39

Bande-son
• Anglais Dolby Atmos
• Français DTS-HD MA 7.1

Sous-titres
• Anglais
• Français

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation.

ŒUVRE – Méchant le lézard géant ?

En 1999, la centrale nucléaire de Janjira fut mystérieusement détruite, entraînant de nombreuses pertes dont l’épouse et collègue du superviseur Joe Brody. Des années plus tard, Brody fait équipe avec son fils, officier de la Navy, sur les lieux mêmes de la catastrophe, afin de découvrir la vérité sur cet accident. Ils sont alors témoins du réveil d’une terrible menace. Tandis que les forces de la nature se déchaînent et que l’humanité semble impuissante, Godzilla réapparaît…

Le Roi des monstres fait son grand retour au cinéma avec ce blockbuster à la fois humain et spectaculaire qui parvient à dépoussiérer le mythe tout en lui rendant un poignant hommage. Le scénario catastrophe, s’il n’évite pas certains poncifs du genre (sur la famille notamment), est d’une belle justesse émotionnelle et d’une grande intensité dramatique, la mise en scène qui privilégie les plans à hauteur d’hommes est savamment maîtrisée et délivre des séquences d’une ahurissante beauté, les créatures sont aussi « magnifiques » qu’imposantes et les scènes d’action sont époustouflantes. Voilà donc un redoutable séisme cinématographique dont les ondes sismiques devraient encore être ressenties par de nombreux spectateurs bien après le générique de fin !

IMAGE – Divine comme son Roi ?

Avantagé par une compression vidéo en titane, ce transfert UHD tiré d’un DI 2K et encodé en HDR10 surclasse son homologue HD sans forcer le moins du monde.

La définition a gagné en majesté (les environnements sont plus nets), le piqué en finesse (les visages, les vêtements, les arrière-plans) et les couleurs en réalisme (le « souffle » bleu de Godzilla), mais l’avantage principal du disque réside dans les innombrables scènes nocturnes qui s’illustrent à présent par une sensation de profondeur accrue.

Car si les séquences se déroulant de jour sont déjà plus lumineuses (le soleil brille vraiment), celles de nuit sont maintenant largement plus lisibles grâce à de meilleurs dégradés d’ombre et à des éclairages améliorés. En comparaison du Blu-ray, il fait encore très sombre mais les détails ne défaillent plus.

SON – Faites « greuh » !

Des pistes sonores tout simplement exceptionnelles (VO Dolby Atmos et VF DTS-HD MA 7.1) qui s’imposent comme une démonstration parfaite dans le genre.

Le mixage immerge de façon spectaculaire en sollicitant toutes les enceintes avec autant de finesse que de puissance, les voix sont claires, les effets pyrotechniques (l’activation de l’artillerie lourde, l’effondrement des bâtiments) comme les ambiance (le chaos urbain) en jettent et prolifèrent grave sur les frontales et/ou surrounds, la musique d’Alexandre Desplat est largement ouverte et les infra-graves sont titanesques (les explosions, les ondes de chocs, les pas de Godzilla).

Et si le spectacle auditif est démesuré en VO comme en VF, la première profite d’une scène aérienne sensationnelle (les passages d’hélicoptères et des avions à réaction, les cris des monstres, etc.) lui permettant de proposer une attraction acoustique aux sensations fortes décuplées.

CONCLUSION – La guerre des monstres ne fait que commencer…

Enfin disponible en Ultra HD Blu-ray, le premier opus du MonsterVerse s’est considérablement musclé (le HDR et la bande-son 3D font la différence) pour affronter la concurrence !

Note artistique
8
Qualité vidéo
9.5
Qualité audio
10
0
Godzilla (2014)

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure ! #WeLovePhysicalMedia

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
trackback

[…] humaine qui retourne aux sources de la saga parvient à humilier le MonsterVerse hollywoodien (hors son tout début). Hommage rétro à l’épisode fondateur de 1954 et blockbuster endeuillé, ce 37e volet (et […]

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x