4K Ultra HD – Édition US – Sony Pictures – 98 min – 26 octobre 2021

Format vidéo
• Master intermédiaire : 4K
• Standard HDR : HDR10
• Ratio : 2.39

Bande-son
• Anglais Dolby Atmos
• Français (québécois) Dolby Digital 5.1

Sous-titres
• Anglais
• Français

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Précédent
Suivant

ŒUVRE – Vengeance aveugle

Quelques années après la première effraction mortelle au domicile de Norman Nordstrom, ce dernier vit des jours tranquilles et paisibles. Mais ses anciens péchés le rattrapent…

Évitant la redite en renversant la formule de son aîné (l’ancien monstre est aujourd’hui l’anti-héros en quête de rédemption), cet home invasion brutal et anxiogène à la mise en scène habile et au décorum sinistré, se pose comme une suite d’une redoutable efficacité se terminant en une revanche sauvage à la violence gore. Captivant, douloureux et plein de suspense !

IMAGE – Plonger dans les ténèbres

Baignée de pénombre et rarement contrariée par des soucis de compression (à quelques plans bruités près), la magnifique photographie triste et suffocante de l’œuvre trouve en ce transfert UHD HDR10 un allié de poids !

L’excellente définition (point de douceur ici) ne lâche rien alors même que l’obscurité l’entoure, les détails qui sont tout simplement exceptionnels se présentent avec encore plus de finesse qu’en HD (l’intimité des visages, la crasse des vêtements, l’abondance de la végétation dans la serre), la palette de couleurs qui est légèrement délavée (carnation comprise) redonne de l’ardeur aux teintes brunes, rouges et oranges, les noirs fort heureusement profonds dessinent mieux les éléments cachés dans les ombres et les sources lumineuses, alors même que les lieux visités sont naturellement peu éclairés, rayonnent davantage (lampe torche, appliques murales, plafonniers, phares des véhicules, feux).

SON – Voir avec le bruit

Exploitant pleinement le paysage audio mis à son service (la spatialisation est d’une grande précision), ce mixage 3D ultra-tendu nous fait profiter de l’audition décuplée de « L’aveugle » !

Pleine à craquer d’ambiances atmosphériques (les craquements de la vieille maison) et d’effets angoissants (comme les bruits de pas ou le grincement du plancher à l’étage) qu’elle diffuse de toutes parts (les canaux surround et de hauteur sont à la fête), cette bande-son immersive en diable (le coffre se remplissant d’eau) peut aussi compter sur l’intensité de sa dynamique (cf. les coups de feu), le naturel de ses voix, l’expressivité de son score et la démesure de ses basses.

Moins ample et oppressante (la perte de la verticalité du son en étant la cause principale), la VF(Q) n’en reste pas moins méchamment déterminée.

CONCLUSION – De bourreau à héros !

Permettant une meilleure immersion aux côtés d’un boogeymann (à l’humanité naissante) qui en a dans le ventre, ce 4K Ultra HD qui ne manque pas de souffle n’épargne personne. Quand ça cogne, ça fait mal !

Note artistique
7.5
Qualité vidéo
9
Qualité audio
10
0
Don't Breathe 2

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x