4K Ultra HD – Édition FR – Paramount Pictures – 87 min – 21 septembre 2022

Format vidéo
• Master intermédiaire : 4K
• Standard HDR : Dolby Vision
• Ratio : 2.39

Bande-son
• Anglais DTS-HD MA 7.1
• Français Dolby Digital 5.1

Sous-titres
• Anglais
• Français

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE – Les dents de la cave

Quand un violent ouragan s’abat sur sa ville natale de Floride, Hayley ignore les ordres d’évacuation pour partir à la recherche de son père porté disparu. Elle le retrouve grièvement blessé dans le sous-sol de la maison familiale et réalise qu’ils sont pris au piège par des alligators alors que l’inondation progresse rapidement…

Produit par Sam Raimi et réalisé par Alexandre Aja, ce roller coaster horrifico-bestial est un huis clos catastrophe maîtrisé, où le suspense anxiogène y est aussi délectable que les attaques féroces de ses très énervés alligators. Une série B à l’ancienne d’une redoutable efficacité.

IMAGE – En eaux troubles

Extrêmement soigné, ce transfert UHD Dolby Vision à la définition parfaite et à la compression optimale (même sous l’eau) délivre des images d’une très grande clarté.

Les détails sont encore plus impressionnants qu’en 1080p (la texture des murs en brique, la précision des blessures), la palette colorimétrique portée sur les teintes grises (et rouges lors des morsures) est plus vivement étalonnée (les bonnets de bain, la végétation, les K-Way jaunes), le taux de contraste qui est toujours aussi équilibré est bien plus frappant (cf. la densité accrue de noirs appropriés et la brillance rehaussée de blancs purifiés) et les sources lumineuses à l’intensité nettement plus saisissante (la lumière extérieure à travers les ouvertures de la cave, les fumigènes, la lampe torche) stimulent comme jamais l’ensemble des plans.

SON – Ah ! Les cro, cro, cro 🎶

Même si la tempête n’est pas suffisamment sonorisée au sous-sol de la maison (alors qu’elle nous submerge à l’extérieur avec ses vents violents et sa pluie torrentielle), ce mixage ample et percutant (même la petite VF) ne manque ni d’effets (les vagissements et déplacements des crocodiles, les aboiements du chien) ni d’ambiances (les gouttes d’eau, les craquements du bois) entrecoupés de basses massives (le tonnerre et la crue).

En raison des intempéries d’une rare violence qui s’abattent au-dessus du lieu de l’action, activer un DSP de virtualisation coule de source.

CONCLUSION – Dans l’œil de l’alligator

Alors que la tempête frappe, le cinéaste français qui réussit durablement à Hollywood replonge dans l’horreur avec ce sous-sol de la peur, dont la claustrophobie ambiante est accentuée par le présent 4K Ultra HD (des prestations A/V « alligatoresques ») !

Note artistique
8
Qualité vidéo
10
Qualité audio
9
0
Crawl (2019)

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure ! #WeLovePhysicalMedia

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x