Provenance : France | Éditeur : Pathé | Date de sortie : 13 décembre 2023

Format vidéo
2160p24 – Ratio 2.39
Dolby Vision / BT.2020 – Encodage HEVC
Master intermédiaire 4K

Bande-son
Français Dolby Atmos

Sous-titres
Français
Anglais

Astérix & Obélix: Mission Cléopâtre
4.5/5

Artistique : 8.5 | Vidéo : 9 | Audio : 9.5

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Matériel et condition de test (Config. HP : 5.1.4)
Diffuseur vidéo : Philips 65OLED908 (Dolby Vision Filmmaker)
Sources : Oppo UDP-203 Audiocom Reference | Zappiti Reference
Enceintes : Sennheiser Ambeo Soundbar (Dolby Atmos), SVS SB-4000

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE - Astérix chez Les Nuls

L’histoire commence il y a bien longtemps, à Alexandrie (ou en Alexandrie on peut dire les deux)… Jules César défie Cléopâtre de lui construire un palais en trois mois. Délai impossible à tenir pour Numérobis, l’architecte égyptien. Son seul espoir : Panoramix et sa potion magique. Avec Astérix, Obélix et Idéfix, nos héros vont devoir déjouer les plans du vil Amonbofis, l’architecte rival, jaloux de ne pas avoir été choisi…

Culte de chez culte, cette comédie populaire « pharaonix » qui ne se prend jamais au sérieux est un divertissement familial à la bonne humeur communicative qui abonde de clins d’œil, références, jeux de mots et sketchs « anachronix » biberonnés à l’esprit Canal d’antan. La mise en scène ose tout, les acteurs jubilent des délires d’Alain Chabat et l’énergie comique déployée force le respect. Plus de 20 ans après sa sortie, cette désopilante aventure (Rome Antique) en Égypte reste la meilleure adaptation live action du petit héros moustachu de Goscinny et Uderzo.

IMAGE - Où est Charlie ?

S’agissant de l’un des premiers longs-métrages français à avoir été tourné en 35 mm puis post-produit en numérique, Pathé et le studio Hiventy ont dû repartir des négatifs non montés (plus de 300 bobines de pellicule qu’il a fallu nettoyer et scanner en 4K). Sous la supervision du directeur de production Cyril Contejean et du directeur de la photographie Laurent Dailland, toute la post-production a donc été refaite avec minutie (les points blancs, cheveux et autres saletés ont été parfaitement retirés), entre méthodes artisanales et modernisme (le logiciel Topaz ayant permis d’upscaler les trucages numériques, stockés sur cassettes DTF, sans les modifier).

Il est à noter que cette restauration s’est concrétisée dans quatre espaces colorimétriques dissemblables, en l’espèce du SDR DCI-P3 (pour les salles de cinéma SDR), du HDR DCI-P3 D65 (pour les salles de cinéma HDR), du SDR Rec. 709 (pour le Blu-ray) et du HDR BT.2020 (pour le 4K Ultra HD).

Privé de Blu-ray en France jusqu’alors (contrairement à l’Allemagne et son master HD dépassé), c’est peu dire que les images se sont refaites une beauté…

L’apport en définition qui saute aux yeux amène un (gros) voile de netteté supplémentaire (une évidence sur les moustaches/barbes et lors du plan faisant référence au Radeau de La Méduse), moult détails sont récupérés (impossible de rater que la Sicile s’appelle « Mafia » sur la carte de l’Europe, que l’un des pirates se jette à l’eau avec une bouée canard et qu’un œuf de Pâques est entreposé sur la table de l’architecte lors de la chanson I Feel Good), l’intégration des CGI est bien meilleure (les embarcations sur le Nil) malgré un rendu un peu dur (les plans larges du César Palace) et la texture argentique, merveilleusement préservée, bénéficie d’un solide encodage HEVC (hormis quelques secondes curieusement fourmillantes).

Le nouvel étalonnage où règne les jaune-orange retrouve des couleurs (elles étaient fanées depuis sa parution vidéo), se pare de teintes autrement plus vives (le ciel bleu, la cape rouge de Panoramix) et brillantes (les dorures), renforce la carnation et lourde les anciennes dérives (verte sur le DVD et rosé sur le Blu-ray). La valeur des contrastes, enfin libérée, affiche des noirs profonds non bouchés (la « visite » de la pyramide) et des blancs à la pureté retrouvée (la neige, les poils d’Idéfix), et les sources lumineuses particulièrement solaires gagnent en intensité sans désinvolture aucune (pas d’éclat trompeur ici).

Astérix & Obélix: Mission Cléopâtre

SON - THX, ça sonne large

Oubliez la réserve hors sujet des précédentes pistes sonores (Dolby Digital 5.1  pour le DVD français et DTS-HD MA 5.1 pour le Blu-ray allemand) et profitez d’une bande-son Dolby Atmos expansive habitée par la fièvre d’un cartoon.

Dynamique et très bien répartie (il faut dire que le nouveau mixage a été effectué en collaboration avec le mixeur son Thierry Lebon), elle profite d’une localisation très détaillée de ses nombreux effets et de la présence affirmée de son score. Les dialogues sont clairs (tout comme les échos qui se font entendre en fonction des lieux visités), la spatialisation est marquée, les enceintes arrière sont agitées, la verticalité du mixage balance tout ce qu’elle peut (la faune, l’activation des pouvoirs magiques, les lancées de Romains, la poussée extra-rapide des arbres, les projections de roches, l’envolée des colombes) et la reprise dans les graves étonne (cf. l’activation des catapultes).

CONCLUSION - Par Toutatis, ça fait plaisir !

Nous sommes en 2024 après Jésus-Christ; toute la comédie populaire française est occupée par la médiocrité… Toute ? Non ! Car une bonne blague potache peuplée d’irréductibles frappés résiste encore et toujours à l’envahisseur. De la jovialité, de la bagarre et des hommes en robe, préparez-vous à une grosse tranche de rigolade qui, grâce à « Ciné Boost » (les prestations A/V du présent 4K Ultra HD sont « fantastix »), est encore plus grande, plus belle, plus forte. En somme, une véritable cure de potion magique ! Et c’est une bonne situation ça ? Ça va, ça va, Imhotep.

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x