KillerSe7ven

KillerSe7ven

Arthur Cossin

Mes premières frasques vidéoludiques commencent à l’âge de 7 ans. Baptisé (traumatisé?) par l’hémoglobine et le charme suranné de la trilogie Resident Evil et son avatar Dino Crisis, je n’ai jamais cessé de jouer. Qu'il semble loin le temps de la Game Boy Color où l’on s’éclairait sous l’halogène pour jouer à Zelda et Pokémon. Mon péché mignon ? Les jeux indés, l'arcade de l’école japonaise, les survival horror et les fast-FPS acidulés. J'aime les films de genre, le fantastique et tout ce qui tend vers l'Etrange. Je vogue de festival en festival pour échanger avec les acteurs et réalisateurs derrière le septième Art. Mama mia et pourquoi KillerSe7ven ou K7 pour les initiés ? Certains murmurent qu’il s’agit d’un hommage affirmé au jeu de Suda51 et son tueur à gages schizophrène aux 7 personnalités bigarrées. D’autres évoquent le film Seven et son détraqué œuvrant sur le thème des 7 péchés capitaux. Les 7 couleurs de l’arc-en-ciel, les 7 cieux de l’Islam ou les 7 voix de Manuel Valls à chaque élection ? Le mystère reste entier...

Matériel de test (Config. HP : 5.1)
PC : RTX 4070 TI 12 GO Zotac + RAM 32 GO + Intel I7 8700
Diffuseurs vidéo : BenQ W2700 (4K) + Alienware AW3418DW 34'' 120 Hz (3440 x 1440)
Sources : PC, PS4, Switch
Amplification : Yamaha HTR-4071
Enceintes : Triangle Elara LNO1, Elara LNO2, Elara LN05
Casque : Astro gaming A50

Articles de cet auteur

Infos divers

 : Ebb Software / Kepler Interactive

 : 14 octobre 2022

Catégories
Posts récents
Gueules noires
Gueules noires, découverte monstre ou horreur mineure ?
Lifeforce: L'Étoile du mal
Lifeforce: L’Étoile du mal – Des vampires,
Une famille, le pied dans la porte
Hunger Games: La Ballade du serpent et de l'oiseau chanteur
HG: La Ballade du serpent et de
Les rats attaquent
Les Rats attaquent, du rodentploitation aux dents
Restons en contact